Selon OXFAM, les banques françaises nous emmènent vers un monde à + 4 degrés C en 2100 – 11.2020

https://www.novethic.fr/actualite/finance-durable/isr-rse
News 4 novembre 2020

Un rapport d’Oxfam sur les banques françaises a mis le feu aux poudres. L’ONG estime que les financements et investissements des banques les mettent sur une trajectoire de réchauffement climatique à 4 degrés. “Faux”, répondent les banques, qui font valoir leurs engagements récents pour aligner leurs politiques sur l’Accord de Paris.

Les ONG mettent un nouveau coup de pression sur les banques. À deux jours du Climate Finance Day, qui réunit les grands acteurs financiers, Oxfam a publié un rapport intitulé “Banques : des engagements climat à prendre au 4ème degré”. L’ONG y estime que les financements et investissements réalisés par les banques françaises vont conduire à un réchauffement climatique de plus de quatre degrés d’ici à 2100. Une interprétation que les établissements bancaires, réunis au sein de la Fédération bancaire française (FBF), rejettent avec véhémence.

Chiffres datés” pour BNP Paribas, données qui “ne reflètent pas les efforts significatifs engagés ces dernières années” pour la Société Générale, ou bien encore chiffrage “fondamentalement faux” pour le Crédit Agricole. Les banques s’agacent des accusations des ONG, qui ne semblent pas prendre en compte leurs engagements récents. Lors d’une conférence téléphonique, Laurent Mignon, président du directoire du groupe BPCE (Banque Populaire et Caisse d’Épargne) et président de la commission climat de la FBF, a déploré que certains “cherchent à faire évoluer (les pratiques) par la stigmatisation“. Il rappelle que les banques françaises ont investi 41 milliards d’euros dans les énergies renouvelables en 2019, soit une hausse de 57 % en trois ans, bien supérieure à la croissance du secteur sur la même période.

Engagements insuffisants pour les ONG

Les établissements bancaires reprochent à Oxfam sa méthode de calcul, qui aboutit à un double comptage de certaines émissions. Ils jugent aussi que le chiffre de quatre degrés annoncé pour le réchauffement s’appuie sur l’hypothèse d’une poursuite des activités à l’identique jusqu’à 2100, ce qui n’est pas conforme à leurs objectifs.

Les principales banques françaises ont ainsi signé en 2019 les Principes pour la banque responsable (Principles for responsible banking, PRB), une initiative soutenue par l’ONU qui les engage à aligner leurs activités sur l’Accord de Paris. Leurs filiales dédiées à l’investissement sont par ailleurs signataires des PRI, les Principes pour l’investissement responsable également soutenus par l’ONU. Des engagements jugés insuffisants pour les ONG. Les établissements financiers “n’ont pas pris d’engagements révolutionnaires qui permettraient de rester sous la barre des 4 degrés, et c’est toute la logique du rapport” que de le montrer, affirme ainsi Alexandre Poidatz. De manière plus générale, Lucie Pinson, présidente de Reclaim Finance, souligne que “pendant des années, ils se sont tourné les pouces“.

Chacun dans son rôle

La question du désengagement des énergies fossiles cristallise les désaccords entre banques et ONG. La FBF souligne les politiques de désengagement du charbon annoncées en 2019, saluées à l’époque par les organisations écologiques. Pour les ONG, cela ne suffit plus. “Nous sommes très contents, mais il faut aller plus loin. Il faut le même engagement, le même processus, sur le pétrole et le gaz“, a réagi Alexandre Poidatz, auteur du rapport d’Oxfam France. Les hydrocarbures conventionnels conservent une part importante dans les portefeuilles des quatre plus grandes banques françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et BPCE). Selon Oxfam, “les crédits aux entreprises actives dans le secteur du pétrole et gaz uniquement représentent plus de 40 % des émissions de CO2 de leur portefeuille de crédits aux entreprises“.

BNP Paribas a été l’un des premiers acteurs financiers à annoncer un désengagement du gaz de schiste et des sables bitumineux, en 2017. Le premier groupe bancaire européen rappelle toutefois que “le pétrole reste encore aujourd’hui incontournable dans un grand nombre d’activités vitales pour nos concitoyens”. Chacun est dans son rôle“, tranche Michel Cardona, spécialiste du secteur financier pour le groupe de réflexion I4CE, qui traite de l’économie et du climat. Il appelle à la prudence concernant les études sur le sujet, aucune méthode de calcul ne faisant consensus, mais il leur reconnaît toutefois un “fort pouvoir de communication“. Du fait de la pression des ONG, les banques “se défendent, donnent des informations et prennent des engagements qu’elles n’auraient peut-être pas pris sinon“, ajoute-t-il, citant le charbon.

Vous serez aussi intéressé par

Banques et Assurances 15 mai 2020

4 banques françaises financent les énergies fossiles américaines – 05.2020

Depuis l'adoption de l'Accord de Paris, quatre établissements français (la Société Générale, le Crédit Agricole, BNP Paribas et la Banque Popul

Rémi Pin, https://www.actu-environnement.com/
0 0
Banques et Assurances 13 mai 2020

La sortie du charbon par BNP Paribas ne convainc pas les ONG – 05.2020

"L'absence d'adoption de critères stricts d'exclusion au-delà des développeurs de centrales à charbon témoigne de la difficulté pour BNP Paribas

Rémi Pin, https://www.actu-environnement.com/ae/news/
0 0
Banques et Assurances 17 avril 2020

L’après Covid : le plan « vert » de l’Union Européenne ?

BlackRock, plus gros acteur du capitalisme au XXIe siècle, se fraye un nouveau chemin auprès de l’Union Européenne.

Marius Doye , Save Life On Earth
0 0
Banques et Assurances 20 mars 2020

Le financement des banques aux énergies fossiles en constante augmentation depuis la COP21- 03.2020

Un nouveau rapport international révèle que les banques ont accordé $2 700 milliards, soit près du PIB de la France, aux énergies fossiles depuis

Les amis de la Terre, https://www.amisdelaterre.org/
3 6
Banques et Assurances 10 mars 2020

La Banque Postale et le Crédit Agricole se désengagent du charbon- 06.2019

La société de gestion d’actifs de la Banque Postale suit de près les annonces faites par le Crédit Agricole la semaine dernière. La Banque Post

Arnaud Dumas, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

Axa et Société Générale : 2 approches différentes de la transition-12.2019

Durant la semaine de la finance climat à Paris, tous les acteurs se sont engagés à répondre à l’urgence climatique. Mais tous ne choisissent pa

Ludovic Dupin, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

Le classement des banques françaises selon leur engagement fossile- 06.2019

L’ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, p

La rédaction avec AFP, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

La Banque Européenne d’Investissement se désengage des énergies fossiles-11.2019

La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé jeudi qu’elle cesserait de financer de nouveaux projets liés aux énergies fossil

Béatrice Héraud avec AFP, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

L’empreinte carbone des banques françaises-11.2019

Les Amis de la Terre France et Oxfam France publient un nouveau rapport « La colossale empreinte carbone des banques : une affaire d’État ». Ils

, https://www.amisdelaterre.org/lempreinte-carbone-colossale-des-banques-francaises/
0 0
Banques et Assurances 6 mars 2020

L’Europe divisée en matière de finance durable-12.2019

La taxonomie verte, pierre angulaire du plan d’action européen pour la finance durable, fait désormais l’objet d’intenses batailles de

Anne-Catherine Husson-Traore, https://www.novethic.fr/
0 0