La Banque Européenne d’Investissement se désengage des énergies fossiles-11.2019

https://www.novethic.fr/
Banques et Assurances 10 mars 2020

La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé jeudi qu’elle cesserait de financer de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, y compris le gaz, à partir de 2022. Une décision saluée pour sa contribution à la lutte contre le changement climatique.

La décision est “historique”, selon le ministre de l’Économie français Bruno Le Maire. C’est “un bond de géant“, pour le président de la Banque européenne d’investissement (BEI) Werner Hoyer. “Nous allons arrêter de financer les énergies fossiles et nous allons lancer la plus ambitieuse stratégie d’investissements pour le climat de toutes les institutions financières publiques dans le monde”, a ainsi annoncé Werner Hoyer jeudi 14 novembre. Dès juillet, la BEI avait préconisé de ne plus investir dans les projets liés aux énergies fossiles, y compris le gaz. Mais il fallait attendre le blanc seing de son conseil d’administration, composé de représentants des États membres et de la Commission européenne. C’est chose faite.

Le gaz conventionnel au centre des débats

La discussion a cependant été “longue“, reconnait le vice-président de la BEI Andrew McDowell. Plusieurs ONG ont dénoncé les hésitations autour de l’inclusion des projets liés au gaz, la moins émettrice en CO2 des énergies fossiles. Mais jeudi, la Commission européenne a soutenu la nouvelle politique de la BEI, et s’est dit satisfaite d’un “arrangement transitoire pour l’abandon progressif des projets gaziers, y compris les projets vitaux d’interconnexion et de stockage de gaz, les projets dits d’intérêt commun“.

Fin 2021, la BEI va ainsi introduire une norme de “performance“, soit un seuil d’émissions fixé à 250 grammes de CO2 par kilowattheure. Tous les futurs projets devront s’y conformer pour être approuvés. Or, cette limite évince les projets gaziers conventionnels selon la BEI. Seul le recours à des gaz “verts” ou des technologies avancées de stockage de carbone par exemple permettraient de répondre à ce critère, estime la banque. Un seuil toutefois jugé “trop élevé” par l’organisation WWF, qui estime qu’il permet à des centrales à gaz performantes d’être éligibles.

Banque du climat

Outre l’annonce phare sur les énergies fossiles, la BEI espère “débloquer” jusqu’à 1 000 milliards d’euros d’investissements dans l’action pour le climat et le développement durable au cours de la prochaine décennie. Selon Andrew McDowell, un euro sur deux investi par la BEI d’ici 2025 sera dédié à des projets environnementaux. 

Ces annonces apparaissent comme des premiers pas vers la banque du climat que la future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé de ses voeux. Il s’agit ainsi d’aligner la politique d’investissement de la BEI sur les engagements pris lors de la signature de l’Accord de Paris sur les réductions d’émissions de gaz à effet de serre. “Cette décision confirme que l’Union européenne se dote de moyens financiers à la hauteur de ses ambitions climatiques et doit créer une dynamique au niveau mondial“, s’est ainsi félicité Bruno Le Maire, rappelant le soutien du président Emmanuel Macron à la mue de la BEI. La France est même “prête à augmenter sa participation au capital pour servir cette ambition“, a-t-il renchéri dans un entretien au quotidien Les Echos.

Vers un nouveau standard ? 

La décision a été saluée par plusieurs ONG, même si elle reste jugée trop “tardive” face aux enjeux climatiques. “Enfin, la plus grande banque publique du monde s’est pliée à la pression du public et a reconnu que le financement de tous les combustibles fossiles doit cesser“, a réagi Colin Roche, de Friends of the Earth, appelant toutes les autres banques, privées et publiques, à s’en inspirer. Sur le charbon, c’est encore loin d’être le cas pour tous les acteurs financiers français, selon un rapport du 14 novembre 2019 de la branche française des Amis de la Terre.

C’est aussi un appel clair à ce que tous les fonds de l’UE emboîtent le pas et excluent toutes les activités qui aggravent le changement climatique des possibilités de financement“, a ajouté Markus Trilling, de Climate Action Network.

Selon Greenpeace et WWF, 19 États membres ont soutenu la nouvelle politique, y compris la France et l’Allemagne. Le manque de flexibilité sur le gaz a refroidi plusieurs pays qui ont voté contre ou se sont abstenus. Toujours selon ces organisations, l’Autriche et le Luxembourg se sont abstenus pour protester contre l’inclusion du nucléaire dans cette nouvelle politique.

Vous serez aussi intéressé par

Banques et Assurances 15 mai 2020

4 banques françaises financent les énergies fossiles américaines – 05.2020

Depuis l'adoption de l'Accord de Paris, quatre établissements français (la Société Générale, le Crédit Agricole, BNP Paribas et la Banque Popul

Rémi Pin, https://www.actu-environnement.com/
0 0
Banques et Assurances 13 mai 2020

La sortie du charbon par BNP Paribas ne convainc pas les ONG – 05.2020

"L'absence d'adoption de critères stricts d'exclusion au-delà des développeurs de centrales à charbon témoigne de la difficulté pour BNP Paribas

Rémi Pin, https://www.actu-environnement.com/ae/news/
0 0
Banques et Assurances 17 avril 2020

L’après Covid : le plan « vert » de l’Union Européenne ?

BlackRock, plus gros acteur du capitalisme au XXIe siècle, se fraye un nouveau chemin auprès de l’Union Européenne.

Marius Doye , Save Life On Earth
0 0
Banques et Assurances 20 mars 2020

Le financement des banques aux énergies fossiles en constante augmentation depuis la COP21- 03.2020

Un nouveau rapport international révèle que les banques ont accordé $2 700 milliards, soit près du PIB de la France, aux énergies fossiles depuis

Les amis de la Terre, https://www.amisdelaterre.org/
3 6
Banques et Assurances 10 mars 2020

La Banque Postale et le Crédit Agricole se désengagent du charbon- 06.2019

La société de gestion d’actifs de la Banque Postale suit de près les annonces faites par le Crédit Agricole la semaine dernière. La Banque Post

Arnaud Dumas, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

Axa et Société Générale : 2 approches différentes de la transition-12.2019

Durant la semaine de la finance climat à Paris, tous les acteurs se sont engagés à répondre à l’urgence climatique. Mais tous ne choisissent pa

Ludovic Dupin, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

Le classement des banques françaises selon leur engagement fossile- 06.2019

L’ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, p

La rédaction avec AFP, https://www.novethic.fr/
0 0
Banques et Assurances

L’empreinte carbone des banques françaises-11.2019

Les Amis de la Terre France et Oxfam France publient un nouveau rapport « La colossale empreinte carbone des banques : une affaire d’État ». Ils

, https://www.amisdelaterre.org/lempreinte-carbone-colossale-des-banques-francaises/
0 0
Banques et Assurances 6 mars 2020

L’Europe divisée en matière de finance durable-12.2019

La taxonomie verte, pierre angulaire du plan d’action européen pour la finance durable, fait désormais l’objet d’intenses batailles de

Anne-Catherine Husson-Traore, https://www.novethic.fr/
0 0